29 janvier 2019 Créer dans l’espace urbain

Enjeux, contraintes et cadre juridique

Projet en partenariat avec la Haute Ecole des Arts du Rhin (HEAR)

Quand ? le  29 janvier

Où ? à la HEAR, 1 rue de l’Académie, Strasbourg.

Dans le cadre de Extra-Ordinaire organisé par Pôle Sud et le collectif ScU2 en partenariat avec l’Espace Django et la HEAR, nous souhaitons organiser un temps d’échange le 29 janvier 2019 prochain réunissant professionnels, étudiants et artistes autour du thème suivant : Comment impliquer les habitants d’un territoire dans la mise en oeuvre d’un projet artistique ?

14 janvier 2019 : Accompagnement de projet

Projet réalisé en partenariat avec le Théâtre National de Strasbourg

Quand ? le 14 janvier

Où ? HEAR, salle 18 rue de l’Académie, Strasbourg

Faire voir le jour à des projets artistiques concrets, c’est la mission à laquelle sont préparés les élèves du master. Ainsi certain d’entre eux accompagnent les élèves de la promotion sortante de l’Ecole du TNS dans la résolution des problèmes techniques, légaux et administratifs de leurs projets de fins d’étude.

Septième rendez-vous professionnel autour de l’axe « Travail » ouvert à tou.te.s, notamment aux étudiant.e.s scénographes, futur.e.s professionnel.le.s, cumulards…

Quel sera mon statut une fois diplômé.e ? Combien vaut mon travail ? Comment me faire rémunérer et éviter le travail gratuit ? Auteur.e et/ou intermittent.te ?
Deux cas pratiques seront présentés pour aborder l’environnement pro et ses complexités.

Rencontre co-construite entre étudiantes du parcours scénographie de la HEAR et du Master « Politique et Gestion de la Culture » de l’Institut d’Etudes Politiques de Strasbourg.

15 janvier 2019 : Tout ce qu’il nous reste de la révolution

Projet réalisé en partenariat avec le Cinéma Star

Quand ? Le 15 janvier à 20h

Où ? Au Star Saint-Exupéry, 18 Rue du Vingt-Deux Novembre, 67000 Strasbourg

Nous vous donnons rendez-vous pour assister à l’avant-première du film Tout ce qu’il me reste de la révolution, de Judith Davis. À travers une comédie, Judith Davis interroge le politique, l’engagement et le militantisme. Ce film explore notre époque et permettra sans aucun doute un débat vif et enrichissant à la suite de la projection. Pour animer cette soirée, Judith Davis, la réalisatrice du film ainsi que Jean-Philippe Heurtin, professeur de Science politique à l’IEP de Strasbourg seront présents.

Entre débats et animations ludiques, nous vous promettons une soirée haute en couleur !

Tout ce qu’il me reste de la révolution de Judith Davis
(FR) – 2018 – 1h28
avec Judith David, Malik Zidi, Claire Dumas…

Angèle avait 8 ans quand s’ouvrait le premier McDonald’s de Berlin-Est… Depuis, elle se bat contre la malédiction de sa génération : être né « trop tard », à l’heure de la déprime politique mondiale. Elle vient d’une famille de militants, mais sa mère a abandonné du jour au lendemain son combat politique, pour déménager, seule, à la campagne et sa sœur a choisi le monde de l’entreprise.
Seul son père, ancien maoïste chez qui elle retourne vivre, est resté fidèle à ses idéaux. En colère, déterminée, Angèle s’applique autant à essayer de changer le monde qu’à fuir les rencontres amoureuses.
Que lui reste-t-il de la révolution, de ses transmissions, de ses rendez-vous ratés et de ses espoirs à construire? Tantôt Don Quichotte, tantôt Bridget Jones, Angèle tente de trouver un équilibre…

Sortie du film le mercredi 6 février 2019 par Ufo Distribution

Bande annonce : https://bit.ly/2BzKR19
Billets en vente sur : https://bit.ly/2hg02m1

16 janvier 2019 : Rencontre « La Syrie Art en exil »

Projet réalisé en partenariat avec La Filature, Scène Nationale – Mulhouse

Quand ? le 16 janvier de 16h à 17h30

Où ? à La Filature,  20 Allée Nathan Katz, Mulhouse

Dans le cadre du festival Les Vagamondes, ApoGée Culture & La Filature vous invitent à un moment d’échange avec la chercheuse Leyla Dakhli et le metteur en scène Wael Kadour autour de l’art en exil dans le contexte syrien.
Comment se fait l’art dans un pays déstabilisé ? Quel est l’impact de l’exil dans la création artistique ? Existe-t-il une figure de l’artiste exilé.e ?
Ces questions invitent à une réflexion autour de l’une des thématiques les plus présentes dans l’actualité d’aujourd’hui et de toujours. Cette rencontre sera l’occasion de se plonger dans la manière dont se vit l’art en exil, tout en mêlant sciences sociales, vécu d’un artiste, pâtisseries orientales et thé à la menthe.
Leyla Dakhli, née en 1973 à Tunis, est docteure et agrégée en histoire, spécialiste de l’histoire des intellectuel.le.s et des médias arabes contemporains, ainsi que chercheuse associée à la Chaire d’histoire du monde arabe contemporain au Collège de France. Elle est actuellement chargée de recherche au CNRS.
Elle animera lors du festival Les Vagamondes une conférence portant sur la Syrie et les soulèvements dans le monde arabe.
Wael Kadour est né à Damas en 1981 et a effectué des études de théâtre à l’Institut d’études dramatiques de Damas. Il a travaillé comme auteur et metteur en scène de théâtre en Syrie. Il a fui la Syrie en novembre 2011 et a vécu en Jordanie où il a mené des ateliers de théâtre avec des réfugié.e.s syrien.ne.s et des jordanien.ne.s. Il est arrivé en France en 2015. Depuis, plusieurs de ses pièces ont été traduites en français et il a été accueilli en résidence à la Filature pour la création de la pièce « Chroniques d’une ville qu’on croit connaître », en représentation durant le festival Les Vagamondes.
aPoGée Culture est l’association des étudiant.e.s et ancien.ne.s élèves du Master Politique et Gestion de la Culture de l’IEP de Strasbourg. Constituée de l’ensemble des membres de la promotion 2018-2019, l’association souhaite mettre en place une saison culturelle fondée sur l’éclectisme et le décloisonnement des arts et disciplines artistiques, proposer des moments de découvertes, d’échanges et de réflexion autour d’œuvres et de pratiques artistiques.